www.histoire-genealogie.com

----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Histoire locale » Un maire assassiné en 1908 dans le Diois

Un maire assassiné en 1908 dans le Diois

Le vendredi 6 octobre 2023, par Françoise Vercelli Taland

Dans l’actualité les maires font la Une depuis quelques temps.
Serait-ce le mal du siècle cette perte de confiance en les édiles ? Ont-ils été malmenés dans le passé ? Eh bien oui et pire…Voici ce qui arrivé à un maire dans le Diois... à Châtillon-en-Diois.

En faisant des recherches sur ma famille, je suis tombée sur un article de La Croix de la Drôme du 29 mars 1908 relatant une curieuse histoire : l’assassinat d’un maire au lendemain de l’élection.

Le 22 mars 1908, le maire de Châtillon en Diois, Léopold Ribal, vient d’être assassiné par un dénommé Borel. Je me suis intéressé au parcours de cet individu.

Les faits dans un article très détaillé

Assassinat d’un Maire. Chatillon
Un crime horrible vient de jeter la consternation dans notre belle ville de Châtillon. M. Ribal, maire, a été assassiné par un nommé Louis Borel qui lui a tiré presque à bout portant, deux coups de fusils d’un fusil de chasse.
Vers six heures du soir, M.Ribal se trouvait sur son trottoir, auprès de la fontaine et il venait de se laver les mains quand il fut atteint de deux coups de feu successifs, au moment où il se préparait à se rendre au café avec son fils aîné, soldat au 4e génie, à Grenoble, actuellement en convalescence.
Les coups ont été tirés par un dénommé Louis Borel, âgé de trente-six ans, originaire de Mensac, hameau de Creyers. Au premier coup, Mr Rial trébucha. Son domestique, Philibert Chaix, se trouvant tout près, se précipita vers lui, mais la victime se releva seule ; le deuxième coup de feu éclata, et M. Ribal tomba dans la rue, la face contre terre.
De suite, le domestique le releva, en même temps que des cafés voisins sortaient des consommateurs qui se précipitaient sur le lieu du drame. MM. Michel, Boucher, Viret et Bonniot transportaient M. Ribal à son domicile.

Louis Borel qui habite en face de chez M.Ribal, avait tiré ses deux coups de fusil à travers la rue, à huit mètres sur celui-ci. Le premier coup atteignit la victime à six centimètres à droite du nombril et ressortait au sommet de la cuisse gauche, traversant le corps ; le deuxième coup l‘atteignit pendant qu’il était penché en avant au sommet de la cuisse gauche, où il provoquait une longue et large plaie en séton.
Le meurtrier entra ensuite chez lui, où il était peu de temps après, appréhendé par la gendarmerie.

De suite, le juge de paix, M. Mommon, se rendait sur les lieux et, en même temps qu’il prévenait le Parquet de Die, commençait une enquête minutieuse. La famille faisait prévenir le docteur Louis Magnan de Die, pour donner des soins à la victime mais le contremandait ensuite, Ribal venait d’expirer.
Le meurtrier habitait Châtillon depuis trois ans. Il est veuf depuis l’année dernière et n’a rien de commun avec les familles qui portent son nom. Avant de se fixer à Châtillon, il avait passé une partie de son existence en Afrique. On croit que c’est la vengeance qui a été le mobile du crime.

Lundi matin à 5 h, le Parquet de Die arrivait à Châtillon-en-Diois. Le meurtrier était aussitôt conduit à la mairie et le juge d’instruction lui faisait subir un interrogatoire détaillé. L’on a ensuite procédé sur les lieux du crime à sa reconstitution. Borel, sans trouble aucun, a fait le simulacre de coucher une personne en joue et de tirer deux fois sur elle. Il a été ensuite amené devant le cadavre de sa victime qu’il a longuement embrassé.
Dans l’interrogatoire qu’il a subi, Borel a parfaitement reconnu son crime qu’il regrette.
Il prétend avoir agi par vengeance, mais ne peut indiquer les mobiles qui l’ont poussé au meurtre. Borel est-il fou, comme certaines personnes le prétendent ? C’est ce que l’examen d’un médecin démontrera. En attendant, l’instruction se continue activement [1].

D’après "La Tribune de l’Aube" du 26 mars 1908, Borel dit avoir agi pour se venger du maire Ribal : il l’avait traité, deux ans plus tôt, "d’échappé de guillotine". "La veille du crime, il lui avait réclamé une petite somme qu’il lui devait". Il dit ne pas regretter son geste.

De nombreux articles de journaux les jours suivants évoquent cet assassinat, avec quelques variantes !

PDF - 106.3 kio
" Le Matin" 24 mars 1908

Borel est nommé indifféremment par ses différents prénoms : Louis ou Joachim. J’ai recherché son acte de naissance

JPEG - 105.7 kio
1871 naissance de Louis Borel
Etat civil de Creyers 2 Mi 1105/R1 (vue 199/468)
Archives de la Drôme
Louis Ludovy Joachim Borel naît le 29 décembre 1871 à Creyers, canton de Châtillon-en-Diois.

Dans l’article du journal, on apprend qu’il a vécu en Afrique. Son nom figure en effet dans la liste des concessions attribuées gratuitement :

JPEG - 39.5 kio
"Journal général de l’Algérie et de la Tunisie"
1er août 1897

Deux autres familles de Châtillon en Diois sont admises au peuplement du centre de Turenne : savoir les familles : VINCENT, Emile, CHRISTOPHE, Joseph.
Ont obtenu une concession dans le même centre, les cinq familles dont les noms suivent : BOREL Joachim, à Creyers (Drôme), GIN Constant, à Siecq (Charente Inférieure), PELLEGRIN Florimoud, à Fressinières
(Hautes-Alpes), BERLIN Louis, à La Chapelle sur Creuse (Yonne), DEBROAS Florentin, à Marvéjols-les-Gardon
(Gard), MAS Jean, à Alban (Tarn).../...

Le centre de Turenne (Aïn-Sabra) est situé à 27 kilomètres de Tlemcen et 26 kilomètres de Maghrnia, près de la route de Tlemcen à Lalla-Maghrnia.
Territoire de 1.750 hectares, divisés en 40 concessions agricoles de 35 à 40 hectares environ.
Altitude : 600 mètres. Cours d’eau : Ain-Sabra, Aïn-Bodïouighzen, qui débitent l’un et l’autre de cinq à onze litres par seconde.
Cultures : Céréales, vignes, jardins arabes. Elevage du bétail.

J’approfondis ma recherche en cherchant son passé militaire. Ses différentes adresses sont consignées sur sa fiche matricule. Né en 1871 il est donc de la classe 1891, recrutement de Montélimar :
https://archives.ladrome.fr/ark:/24626/rx7lbtfcj2n4/70d18444-ecbb-4e1d-a060-5a7640178bd6

JPEG - 81.5 kio
Adresses de sa fiche matricule

Donc en 1898 il est bien en Algérie , province d’Oran. Mais le plus intéressant se trouve en bas de page :

JPEG - 152.2 kio
Au bas de sa fiche matricule
Il a été reformé le 16 décembre 1908 pour aliénation mentale.

Après avoir été arrêté et interné à Privas en Ardèche, il s’évade mais est repris.

JPEG - 26.9 kio
"La Tribune de l’Aube" du 5 mars 1909

Par ce biais, nous connaissons le fin mot de l’histoire. Interné à l’hôpital psychiatrique de Privas, je pense qu’il a dû y finir ses jours. Dans les tables décennales des archives de Privas, je trouve un Joachim Borel décédé le 16 juin 1930.

Pour revenir sur son parcours, sur son acte de naissance est noté en marge son mariage avec Léonie Augustine André le 27 février 1904 à Glandage.

https://archives.ladrome.fr/ark:/24626/6wszd49t3bvq/87501e68-a23d-4510-995e-4c69a3d600a5

JPEG - 160.2 kio
Extraits de son acte de mariage
JPEG - 112.4 kio
Mariés le 27 février 1904 à Glandage

Au vu de ce document le père du marié était aussi en Algérie et y a laissé sa vie. La concession du terrain accordée par l’état était au nom de Borel Joachim (est-ce son père ou Louis Joachim ?).
Beaucoup de Drômois se sont expatriés à l’époque en l’espoir d’une vie meilleure. D’après l’article cité plus haut, cela à l’air idyllique, le climat, la terre arable…..mais ceci est une autre histoire !

Donc après la mort de son père, notre Louis Joachim Borel rentre au pays. Il épouse une très jeune fille et on sait que d’après le journal, au moment des faits, il est veuf. Qu’est-il arrivé à cette jeune femme ?
Ce qui arrivait souvent à l’époque :
https://archives.ladrome.fr/ark:/24626/hs6k39mrgltw/6b402db3-fd45-4d58-9c8e-7e58345df788

JPEG - 128.7 kio
Extrait de l’acte de décès de Léonie

A Châtillon, à neuf heures du soir, Léonie est morte en couches le 16 juin 1906 : elle a accouché à huit heures du soir d’un enfant "sans vie du sexe féminin". Elle n’avait que 19 ans !

Est-ce ces événements qui l’ont fait basculer dans la folie ?


[1La Croix de la Drôme du 29 mars 1908

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

8 Messages

  • Un maire assassiné en 1908 dans le Diois 6 octobre 2023 08:50, par roussel

    Bonjour
    La fonction de maire n’est qu’anecdotique dans cette affaire. il n’a pas été abattu suite à un acte ou une décision farfelue.
    Il a été tué car il a eu la malchance de croiser un voisin fou...
    Le maire n’est pas forcément compétent, efficace ou honnête, là, élu la veille, il était juste au mauvais endroit, au mauvais moment..
    si l’assassin n’avait pas eu de fusil, il lui aurait mis un coup de couteau....
    Si çà n’avait pas été lui, ç’en aurait été un autre...

    L’Anom état civil Algérie arrête sa diffusion en 1904, année du mariage, pas moyen de voir s’il y a eu une naissance Borel avant le rapatriement...

    Cordialement
    Thierry

    Répondre à ce message

    • Un maire assassiné en 1908 dans le Diois 6 octobre 2023 18:50, par Françoise Vercelli Taland

      Bonjour,

      Pour répondre à votre message, on ne saura pas la raison exacte de son geste. Sauf s’il avait été jugé…. Par ailleurs, Si Borel avait été précédemment veuf ou divorcé’, cela aurait été mentionné lors de son mariage. Pour finir Joachim Borel avait un frère qui a une descendance… voilà.. cordialement F.´Taland

      Répondre à ce message

    • Un maire assassiné en 1908 dans le Diois 8 octobre 2023 20:43, par Orson

      Bonjour,

      Je suis parti du point de vue inverse au vôtre : j’ai eu l’impression que le maire avait été tué précisément parce qu’il était (devenu) le maire, puisqu’il était jusqu’alors son voisin et qu’il n’y avait pas eu jusqu’alors de différent entre eux (ni même depuis semble-t-il). Si le nouveau maire (comme l’ancien sans-doute) avait été bien plus éloigné de lui physiquement, sans-doute ne serait-il pas mort et sûrement pas si vite. Borel s’en est pris à l’institution avant tout. Ce qui est cohérent avec ses antécédents.
      Cordialement.

      Répondre à ce message

      • Un maire assassiné en 1908 dans le Diois 9 octobre 2023 08:14, par Françoise Vercelli Taland

        Bonjour,

        Effectivement il y avait eu des accrochages au vu des articles de journaux entre eux précédemment et que MR Ribal soit devenu Maire, un membre important de la communauté lui conférant des pouvoirs, de police notamment, Borel ne l’a pas supporté.

        Répondre à ce message

  • Un maire assassiné en 1908 dans le Diois 7 octobre 2023 10:21, par Sonia Landgrebe

    Bonjour,
    Effectivement le meurtre n’a pas de lien avéré avec le statut de maire de la victime ; on ne pourra sans doute jamais savoir si c’était purement fortuit ou non.
    En tout cas, bravo pour votre enquête et votre reconstitution des faits, racontée de manière très claire.

    Répondre à ce message

    • Un maire assassiné en 1908 dans le Diois 8 octobre 2023 20:50, par Orson

      Bonjour chère Sonia,

      Il s’agit d’un crime de sang, commis avec une arme létale, je ne pense pas qu’on puisse parler d’évènement fortuit en une telle circonstance !

      En dehors de cela, j’apprécie beaucoup vos articles, toujours très passionnants et bien documentés.

      Répondre à ce message

      • Un maire assassiné en 1908 dans le Diois 9 octobre 2023 16:48, par Sonia Landgrebe

        Bonjour Orson,
        Concernant le caractère éventuellement fortuit de la chose, je parlais évidemment de l’identité de la victime, pas de l’événement en lui-même ... Mais d’après ce que je lis de votre commentaire et de la réponse de l’auteur qui suit, il semblerait que le hasard n’ait pas eu grand rôle à jouer là-dedans !
        Merci au passage pour votre retour sur mes articles, et pour vos commentaires toujours appréciés.
        Cordialement

        Répondre à ce message

  • Un maire assassiné en 1908 dans le Diois 25 novembre 2023 12:48, par catherine marquet

    Oui, triste toutes ces jeunes femmes qui mouraient en couches ( ou des suites). Une de mes arrière grand-mère avait eu la fièvre puerpérale en 1922 ; heureusement, elle y a survécu et a vécu jusqu’à 94 ans.

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2024 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP