www.histoire-genealogie.com

----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Le cadre de vie » Les lieux de la sociabilité villageoise

Les lieux de la sociabilité villageoise

Le lundi 1er juillet 2002, par Alain Couégnat

Passant régulièrement les congés d’été dans cette commune depuis ma naissance et ayant beaucoup d’attaches familiales dans la région, j’ai une affection toute particulière pour ce département. Je vais profiter de cet article pour vous faire partager quelques uns de mes souvenirs.

Le nom actuel de Royère de Vassivière date des années 1960, sous l’impulsion du maire de l’époque : le Dr Ferrand.

Royère : Roera (1311) ; Roueyre (1580) ; Royère (1650). Une origine possible du dernier nom viendrait du chêne (arbre du roi depuis St Louis) ? C’était une région couverte de chênes, aboutissement végétal normal en terrain granitique.

Ce village commune et chef-lieu de canton se trouve à la croisée des routes Aubusson-Eymoutiers et Peyrat le château-St Marc à Loubaud avec un accès vers Bourganeuf.


La place

Son centre, la place de la Mayade, possède une fontaine (plusieurs fois déplacée), qui servait de point d’eau pour la population et d’abreuvoir pour les troupeaux. Cette place fut surnommée la place des "toupis" car lors des foires, le 2e mardi de chaque mois, des vendeurs de pots de toutes sortes (pour le lait, la crème, l’eau) se rassemblaient autour d’elle (jusqu’à l’entre deux guerres). En bordure de la place, l’église du XIe siècle a fonctionné régulièrement jusqu’en 1980. Son dernier curé "Emile" à terminé ses jours à la maison de retraite du village.

JPEG - 7.3 ko
La place
JPEG - 9.3 ko
La fontaine de la Mayade
Corvée d’eau, mais aussi lieu d’échange des derniers cancans. 
La statue représente la déesse des moissons (Cérès).




Les foires

Sur un autre côté de la place, la bascule municipale à été utilisée jusqu’après la guerre de 14-18. Elle fut transférée sur la bordure du champ de foire. Ces foires ont décliné à partir de 1960 ; les bouchers achetaient directement chez les paysans. Puis elles ont disparu ; les paysans se regroupaient pour emmener leurs veaux à Bugeat ou les prix étaient supérieurs (14 à 15F le kg au lieu de 12 à 13F à Royère).


Les écoles

L’école publique, comme toutes celles du début du siècle, comprenait la mairie au centre qui était entourée par une école de filles et une école de garçons. Au dessus de la mairie il y avait les logements des instituteurs.

Un des derniers instituteurs, ancienne mode, a passé toute sa carrière à Royère. C’était M. Lechapt, sa femme assurait le secrétariat de la mairie. De plus, il piquetait des terrains pour les gens de la commune, ce qui évitait souvent des complications entre voisins, voire des procès à n’en plus finir.

JPEG - 8.1 ko
L’école libre

L’école libre située sur la route d’Eymoutiers, n’accueillait que des filles. Au dire d’une des dernières élèves de cette école "cela leur évitait de mauvaises fréquentations et on leur enseignait plus d’éducation ménagère". J’ai souvenir d’avoir vu chez cette personne un ouvrage au point de croix que ses parents avaient fait encadrer, c’était une magnifique réalisation !

Après la loi Emile Combes, cette école est devenue un garage tenu par M. Jabouille (oncle du coureur automobile), puis par la famille Beaulaton. On peut voir encore la cloche, accrochée sur la façade de la maison, au dessus de la station service.


La gendarmerie

La gendarmerie située d’abord à l’angle des routes de Bourganeuf et de Peyrat le Château, fut déplacée durant quelques années derrière la poste actuelle au rez-de-chaussée de l’immeuble HLM. Puis elle fut transférée à son emplacement actuel.

JPEG - 9.6 ko
La gendarmerie et la Grande rue




La poste

La poste se trouvait au rez-de-chaussée d’une maison, sur la route de Peyrat le château. Elle correspondait au lieu d’arrivée du courrier (à cheval puis par autocar). Elle fut transférée à son lieu actuel (non loin de la maison de retraite). M. Chenaud s’occupait du courrier à cheval, vers 1900, et le soir en rentrant chez lui, au Picq, il ramenait les enfants chez eux ; dont mon grand-oncle Charles Farges qui habitait au village de Hautefaye.

JPEG - 7.6 ko
Postes, télégraphes et téléphonies, l’arrivée d’un courrier

 

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

1 Message

  • Les lieux de la sociabilité villageoise 7 novembre 2008 21:20, par MLDB

    J’aime beaucoup ce village de Royère de Vassivière où je viens régulièrement en congés. C’est un havre de paix et de souvenirs.

    J’y ai passé des années en vacances avec mes parents qui louaient une maison à côté du café Chardeaux (Chardot ?), face à l’actuelle boucherie. Le lavoir a disparu. Pourquoi ?

    Votre documentation est passionnante.

    J’aurais beaucoup de choses à vous dire.

    A bentôt.

    MLB

    Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2022 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP