www.histoire-genealogie.com

----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil » Articles » Histoire locale » Les Foréziens au cœur de la lutte pour l’émergence d’un État en lieu et place du royaume féodal

Les Foréziens au cœur de la lutte pour l’émergence d’un État en lieu et place du royaume féodal

ou l’influence de Jean de La Grange, l’enfant d’Ambierle

Le mardi 30 novembre 2010, par Renaud des Gayets

En étudiant cette période de notre Histoire, j’ai été particulièrement intéressé par l’émergence de la notion d’État au détriment de la conception féodale des royaumes d’antan, tout au long de ces cent années de guerres sanglantes. Les Foréziens et leurs chefs furent souvent au cœur des débats et des luttes liées à cette notion, qui semble quelque peu écornée de nos jours.

L’origine de la guerre de Cent Ans est une banale querelle de succession familiale. Elle ravagea notre pays et fit des milliers de victimes en France comme en Angleterre. Jean II Le Bon, qui perdit la bataille de Poitiers et provoqua l’occupation du royaume de France par les Anglais, fut l’archétype du roi féodal entretenant avec les membres de sa famille et les grands seigneurs du Royaume un rapport de sujétion conflictuel, s’imposant à tous par ses capacités militaires et dépensant sans compter l’argent qu’il prélevait avec l’impôt.

Son fils Charles V avait moins de vingt-cinq ans quand il prit en charge un royaume ruiné, occupé et en rébellion contre les féodaux déconsidérés et pour beaucoup prisonniers. Il devra très vite composer avec le peuple réuni au sein des États généraux et trouver d’autres chefs pour relever son armée.

Charles V c’est de Gaulle au XIVe siècle. Ses armes seront d’abord sa grande intelligence et ses talents d’orateur. Il saura convaincre et entraîner avec lui tous ceux qui étaient soucieux de voir renaître le Royaume de France. Il s’appuiera sur des chefs inconnus, comme du Guesclin, qui privilégieront la ruse sur l’attaque frontale et l’efficacité à la beauté d’un combat. Charles V sera un libérateur, mais aussi un bâtisseur. Il se sentira redevable envers chacun de ses sujets et érigera l’économie et la rigueur en vertu.

Jean de La Grange, l’enfant d’Ambierle, fut son premier conseiller. C’est à lui que nous devons l’émergence de la notion d’État. Pour lui le roi ne pouvait plus être le maître absolu des biens et des personnes dans son royaume, mais au contraire la clef de voûte d’un système destiné à assurer le bonheur de ses sujets. Les ducs et les grands féodaux ne pouvaient pas revendiquer un droit de gouvernance ni de commandements des armées. Ils devaient avoir un rôle d’appui. Il poussera même Charles V à se distancer de l’Église trop prégnante sur ses décisions.

Charles V commencera à bâtir ce nouveau royaume, mais ne pourra y parvenir complètement avant sa mort. C’est son fils Charles VI qui reprit ce flambeau et appliquera à la lettre les théories de Jean de la Grange en dépit de la haine personnelle qu’il lui vouait. Il s’appuiera sur les autres conseillers de son père et mettra en place toute l’ossature d’un État moderne avec un corps de fonctionnaires recrutés sur des compétences et non sur la naissance. Il s’attirera ainsi la haine des grands féodaux qui tenteront de faire obstacle à ce changement radical. À l’exception de Louis de Bourbon, comte de Forez, qui restera d’une fidélité exemplaire et mettra ses meilleurs capitaines au service du roi réformateur. C’est ainsi que de nombreux Foréziens se trouvèrent propulsés à des postes clés comme Guy de Couzan, Grand Maître de l’Hôtel du Roi.

Hélas, Charles VI sera vaincu par la maladie et les féodaux reprendront le dessus jusqu’au couronnement de Charles VII. Le royaume de France était alors de nouveau occupé par les Anglais qui avaient profité des luttes fratricides entre nos grands-ducs. Le nouveau roi devra consacrer une partie de sa vie à libérer son royaume et l’autre à lutter contre les féodaux rebelles. Car en voulant continuer l’œuvre de son père, il poussera de nouveau les grands-ducs à la rébellion. La constitution d’une armée de métier en lieu et place de l’ost féodal et l’interdiction pour les féodaux de lever l’impôt de guerre, seront des pommes de discorde. Charles de Bourbon ne sera pas aussi loyal que son grand-père et il entraînera ainsi le Forez et le Roannais dans la rébellion. Charles VII viendra, alors, assiéger Saint-Haon-le-Châtel et recevra à Roanne le serment d’allégeance du duc de Bourbon, comte de Forez.

Son fils, le rusé Louis XI, sera le roi qui viendra à bout de la France féodale. Fort de son armée de métier, il pourra contrer toutes les initiatives des grands-ducs et en particulier celle de Charles Le Téméraire, duc de Bourgogne conseillé par le Forézien Pierre d’Urfé. Ce dernier fera preuve d’un cynisme sans pareil : « Voilà le seigneur d’Urfé qui me presse de faire mon armée aussi grosse que je puis et me dit que je ferai le grand bien du Royaume. J’aime mieux le grand bien du royaume de France que Monseigneur d’Urfé ne pense, car pour un roi qu’il y a j’en voudrais six », mais il sera en fin de compte vaincu comme tous les ducs qui avaient participé à la ligue dressée contre le Roi. Louis XI s’ingéniera, alors, à diluer la noblesse rebelle et encore trop puissante dans la bourgeoisie. Il offrira aux bourgeois les postes réservés aux nobles et leur donnera des titres et des terres à l’égal des grands de son Royaume. Plus encore, il autorisera les nobles à pratiquer des métiers d’industrie et de commerce afin de leur donner d’autres occupations que le métier des armes.

La guerre de Cent Ans fut ainsi une lutte acharnée entre Anglais et Français. Mais elle fut aussi le théâtre d’une révolution intérieure qui permit l’émergence de la notion d’État au détriment de la féodalité basée sur la sujétion. Les Foréziens en furent les théoriciens ainsi que des acteurs de premier plan. Cela méritait d’être connu de tous et en particulier des Foréziens eux-mêmes.

Renaud des Gayets est l’auteur de l’ouvrage Le Forez et la guerre de Cent Ans,

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2022 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP