www.histoire-genealogie.com

----------

Accueil - Articles - Documents - Chroniques - Dossiers - Album photos - Testez vos connaissances - Serez-vous pendu ? - Entraide - Lire la Gazette - Éditions Thisa


Accueil » Articles » La vie militaire » « Nos Poilus » » Le 93e régiment territorial d’infanterie

Le 93e régiment territorial d’infanterie

Le jeudi 11 décembre 2008, par Michel Carcenac

Les Territoriaux mobilisés viennent d’arriver à Belvès, le 25 mars 1915 ; les platanes sous la Brèche n’ont pas encore de feuilles. A droite on distribue des sacs de toile que les soldats remplissent de paille, derrière la charrette.

Une bonne paillasse se fait avec la cafanille, les trois ou quatre feuilles qui entourent l’épi de maïs. C’est souple, doux, et il n’y a pas d’insectes. Mais, pour un soldat, à la guerre comme à la guerre, la paille suffira, même si elle pique la peau ; ceux des tranchées n’en ont pas autant.

Les Territoriaux sont des hommes qui ont été réformés ou classés dans les services auxiliaires. Ils appartiennent aux classes 1890, 1891, 1892, c’est à dire qu’en 1915 ils ont 43, 44 et 45 ans. En 1915, le 5e bataillon du 93e RTI est envoyé en Lorraine, aux Eparges, pour une mission dangereuse et pénible : ravitailler en vivres, matériel et munitions les premières lignes de ce front tristement célèbre.

Le 93e RTI se retrouvera trois années dans la Somme, en Belgique, à Verdun. Officiellement, les Territoriaux ne sont pas des combattants, mais ils sont constamment à leur côté et les éclats d’obus ne font pas la différence. En théorie, ils s’arrêtent avant la ligne de feu et des unités combattantes assurent la relève, mais que faire quand les soldats meurent par dizaines de milliers ? Le général Nivelle en a fait tuer soixante mille pour rien en trois jours, au Chemin des Dames. Alors, les Territoriaux vont jusqu’au bout, bien accueillis par les poilus à qui ils apportent le pain, le vin et les munitions.

Comment font-ils pour transporter ces tonnes de matériel ? Les camions les ont convoyés le plus près possible du front, là où il y a un semblant de route, mais après... A Verdun par exemple, la route qui vient de Bar-le-Duc est exclusivement réservée au ravitaillement du front. Plus de 10 000 camions empruntent nuit et jour cette " Voie sacrée " et ils sont déchargés bien avant Verdun. Le matériel est ensuite pris en charge par les véhicules hippomobiles, mais très vite les chemins deviennent impraticables et il faut parvenir aux tranchées par des boyaux larges de 60 centimètres et peu profonds. Les chevaux et les mulets renâclent, deviennent fous et, trop grands, dépassent des boyaux et se font tuer. Seuls, les petits ânes venant d’Afrique du Nord peuvent assurer ces corvées, conduits par des Territoriaux. Le front de Verdun a tenu parce qu’il était ravitaillé par des ânes bâtés chargés jusqu’à 150 kilos, bien que le règlement eût imposé une limite à 60 kilos. Des dizaines de milliers d’ânes ont été utilisés pendant la Grande Guerre. On n’en parle jamais car les généraux les ont baptisés " mulets ". Demander à l’Etat-Major des ânes, des bourricots, ne ferait pas sérieux.

Ainsi, les Territoriaux, ces pères de famille de 45 ans, avec un bâton au lieu d’un fusil, font leur devoir comme les combattants.

Tous les Territoriaux ne se trouvent pas à des postes aussi dangereux, certains creusent des tranchées, posent des réseaux de fils de fer barbelés. D’autres gardent les forts, les ponts, font de petites opérations de génie, travaux indispensables qu’ils accomplissent avec dévouement et bonne humeur.

Découvrir Le Périgord d’Antoine Carcenac  : (photographies 1899 - 1920).

Pour lire l’interview de Michel Carcenac

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

14 Messages

  • Le 93e régiment territorial d’infanterie 13 décembre 2008 09:42, par Maniez Max

    Bonjour et merci pour cet article,je ne savais pas se fait de ravitailler le front par des territoriaux,une page noir de la folie des hommes.Belvés et un village médieval d’une trés grande beauté,je suis du Nord de La France,une de mes filles est partie vivre dans ce village du Périgord noir ,village en hauteur avec sa place et son pilori et ses habitations troglodytiques souterraines ,un des plus beau village de France.

    Répondre à ce message

  • Le 93e régiment territorial d’infanterie 13 décembre 2008 12:21, par Jean Claude Michaud

    Dans le JMO du 11 août 1914, on peut lire "Le régiment doit partir en chemin de fer de Périgueux pour Paris. Pour cela il est divisé en 3 éléments : Le premier élément, comprenant l’Etat-major du régiment, la Compagnie Hors Rang, le 1er Bataillon et 23 chevaux ou mulets, part de Perigueux le 11 août à 20 heures 7." etc...

    On peut suivre au jour le jour le déplacement des 2909 hommes de troupes et au fur et à mesure des mois qui passent, découvrir les rigueurs et horreurs de cette guerre.

    Instructif et émouvant.

    Répondre à ce message

  • Le 93e régiment territorial d’infanterie 13 décembre 2008 17:57, par André CHAVATTE

    Bonjour,
    J’ai relevé plus de 200 poilus recensés à Douzillac (24)dans la série 2R des archives départementales de la Dordogne. Un certain nombre d’entre eux, rappelés lors de la mobilisation générale d’aout 1914, furent affectés au 93e RTI. Quelques uns de ce 93e moururent pour la Patrie. C’est vous dire si votre article m’intéresse. Merci pour votre travail.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    j’habite une commune de l’Aisne ( Billy sur Aisne occupée par le 94° R.I.T) voisine de celle que le 93°RIT fréquenta en 1915 et 1916 ( Ciry-Salsogne). Il y a des tombes de ces combattants encore dans de petits carrés militaires. Les Journaux de marche nous ont appris beaucoup sur le travail et les combats de ces "pépères". Honneur à eux, nous ne les oublions pas et merci pour votre article.

    Cordialement,
    J.Buttet

    Répondre à ce message

  • Le 93e régiment territorial d’infanterie 16 janvier 2009 21:32, par Anne WEBER-MICHEL

    j’ai été d’autant plus intéressée par votre article que mon agp, de la classe de 1890, a été recruté à Belley dans le 60e RTI, puis passé au 9e RTI pour finir au 37e RTI en 1917. J’ai donc pu apprendre beaucoup de choses sur les activités de ces régiments.
    Savez-vous où je pourrais obtenir plus d’informations sur les régiments dans lesquels a servi mon agp et pourquoi il en a changé 3 fois ?
    merci pour toute réponse

    Répondre à ce message

  • Le 93e régiment territorial d’infanterie 28 novembre 2013 15:44, par RASSINOUX Moisette épouse EGRON

    Bonjour

    Je souhaite avoir des renseignements sur mon oncle
    RASSINOUX Alexandre Armand Aimé Pierre
    Mort pour la france le 27 mai 1918 dans l’aisne
    N°Matricule 12522 classe 1917
    Né le 30 avril 1897 a 85 GROSBREUIL
    Je souhaiterais connaitre son lieu de sépulture afin de me receuillir a l’occasion du centenaire
    Dans l’attente recevez l’expression de mes sentiments tres respectueux

    Madame EGRON Moisette Née RASSINOUX

    m

    Répondre à ce message

  • Le 93e régiment territorial d’infanterie 18 mars 2018 18:10, par Barbier de Reulle

    Bonjour Monsieur,
    Je suis à la recherche du lieu de cantonnement actuel du 93e régiment territorial d’infanterie. Je croyais qu’il était basé à NIORT mais je ne trouve pas d’adresse correspondant.Peut-être a-t-il été dissous.
    Pouvez-vous m’informer ?
    Je vous en remercie par avance et vous prie d’agréer, Monsieur, mes plus courtoises salutations.
    Alain Barbier de Reulle
    06.95.50.36.98

    Répondre à ce message

  • Le 93e régiment territorial d’infanterie 2 novembre 2018 17:15, par raynal MICHAUD

    Bonjour, j’ai retrouvé la fiche l’état civil militaire de mon grand père, Martial Pierre né en 1872, classe 1892 sur les registres de la Corrèze habité le moulin du bourg d’urval petit village du Périgord noir, charpentier de son métier,
    Mobilisé le:15 12 1914 95e régiment d’infanterie territorial
    passé le 20 06 1915 au 96e d’infanterie territorial
    passé le 18 06 1916 au 93e d’infanterie territorial
    passé le 9 10 1917 au 330e d’infanterie territorial
    rayé des contrôles le 9 10 1917 par le 108 eme régiment d’infanterie
    démobilise le 9 01 1919 dépôt de Bergerac
    il faut rendre hommage à ces pépère qui le mérite .

    Répondre à ce message

    • Le 96e régiment territorial d’infanterie 3 novembre 2018 13:36, par DR MICHEL CARCENAC

      Mon cher voisin d’Urval, j’habite Belvès
      Voir dans histoire-généalogie mon livre "le Périgord d’Antoine Carcenac ou l’autre édition "le Périgord de mon père." Vous trouverez des photos du 96e Territorial avec peut-être la photo de votre ancêtre.
      De plus, je peux vous envoyer ces photos par internet, gracieusement. Il vous suffit de m’envoyer un mail avec un petit mot. A votre service. Bien cordialement
      PS si vous avez de vieilles photos envoyez m’en une ou deux de votre grand-père, ce serait merveilleux si on pouvait le retrouver en uniforme.

      Répondre à ce message

      • Le 96e régiment territorial d’infanterie 7 novembre 2018 09:50, par michaud raynal

        Bonjour Mr carcenac, merci de m’avoir répondu, je n’est plus de famille à Urval (famille Martial moulin dans le bourg qui appartenez à la famille de Commarque ),moi j’habite prés d’Angoulême, je possède votre livre "le Périgord d’Antoine carcenac depuis son Edition, et ont voit des territoriaux sur la place de la brèche à Belves, j’ai une photo de mon grand père en uniforme du 95e r.i.t.,il à passé dans 4 régiment infanterie territorial, pourriez vous me dire comment vous la faire parvenir par internet, je trouve aucune aide sur le site, si vous étiez intéressé , j’ai des cartes postales d’urval, du moulin, ou on voit ma grand mère et ma mère assis devant le moulin, et d’autre du bourg. cordialement

        Répondre à ce message

https://www.histoire-genealogie.com - Haut de page




https://www.histoire-genealogie.com

- Tous droits réservés © 2000-2022 histoire-genealogie -
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Mentions légales | Conditions Générales d'utilisation | Logo | Espace privé | édité avec SPIP